23 avril 2011

Amitié étroite, de Bastien Vivès, chez KSTR, 2009, 16 euros






Bastien Vivès, toujours et de nouveau et de la plus belle façon, explore la matière du dessin de bande dessinée, invention graphique et pourtant sobriété et en somme maturité, construit ses récits pour leurs dialogues, amicaux, amoureux, pour le dessin de ses personnages, ainsi Dans mes yeux (même année, même éditeur, même prix) situe le narrateur lui-même (pourtant qu’on ne voit jamais puisqu’en somme i dessine) devant une jeune femme, ils se parlent, se répondent : on voit elle ; Amitié étroite (la couverture, image 1, déjà mêle les deux mots) est le de deux amis, elle et lui, qui ont des aventures amoureuses chacune et chacun, dont ils se parlent ; mais, leur amitié est leur amour, il arrive qu’ils font leur amour, dans des pages de vraie beauté érotique, puis continuent (de la dernière page) leurs vies sentimentales séparées, pourtant ce n’est pas sûr.

L’image 2 dit leur amitié, « ça va aller ? », et dessine leur sentiment ondeurs sans traits, courbes qui elles aussi se regardent, sont eux.



Image 3 : « je suis super heureuse pour toi » (dans l’amitié je ne peux pas te dire si, aussi, je suis jalouse). Les 4e et 5e images sont les lignes, les courbes, les couleurs, le sourire de leur étreinte (image 5, ce merveilleux sourire, merveilleuse brève ligne de blancheur qui entre dans le blanc de la page, mais il n’y a plus le blanc de la page d’avant le récit, cette ligne blanche est un silence dans le silence du dessin.)








J’acques Estager