11 octobre 2010

Brigitte Luciani, dessin de Colonel Moutarde," L'espace d'un soir", Delcourt éditeur



L’espace d’un soir est l’espace des 4 niveaux d’un immeubles, pendant une « soirée ». Chaque étage a sa « bande », son niveau dans 4 niveaux des planches, d’un bout à l’autre du récit. Une bande dessinée est une suite de cases, de mouvements immobiles : la disposition des cases et dans les cases crée le mouvement ; les espaces de L’espace d’un soir, qui se confondent en dessin aux espaces de l’immeuble, permettent le mouvement dans le mouvement (passages de personnages et du lecteur entre les étages, entre les scènes. La première planche (voir image) installe l’escalier, à gauche du récit, l’escalier est partie du blanc de la bd.

Le mouvement immobile des cases est aussi le mouvement dans les cases, comme (voir image) dans ce « strip » des enfants couchés :

1ère case : le garçon à gauche, 2e case : la fille à droite, 3e case : inversion, fille à gauche, garçon à droite : 2 premières cases de l’un sans l’autre : la 3e réunit les deux personnages , et l’inversion des personnages est mouvement d’installation dans le sommeil.


J'acques Estager